Doggy-Bag : PAS obligatoire mais avantageux pour tous

PUBLIÉ
|  COMMENTAIRES
1890423_759738644155766_8235202276589290307_o.jpg

Peut-être ne voulons nous pas appeler un chat un chat, surtout quand cela fait penser à un chien : le « doggy bag » a toujours eu du mal à s'imposer en France. Problème culturel ? Les « restes » n'ont jamais eu la côte et pourtant… il est frustrant d'avoir payé une bouteille de bon vin et s'obliger à la finir, ou ne plus avoir faim et se resoudre à vouloir terminer son assiette à tout prix (des relents d'éducation certainement). Nos voisins outre-atlantique et Européens bien plus proches, n'ont, eux, pas ce problème : au contraire la pratique est courante.

Contrairement à ce qu'à pu annoncer Le Parisien il y a quelques jours (puis rectifié) le « doggy bag » n'est pas obligatoire. Le GNI-Synhorcat rappelle d'ailleurs dans un communiqué récent :

Le « doggy bag » reste un dispositif proposé par les restaurateurs impliqués dans la lutte contre le gaspillage alimentaire mais ne relève nullement d’une quelconque obligation légale, comme cela a pu être annoncé dans certains médias. Il appartient toujours aux restaurateurs de décider s’ils souhaitent ou non mettre à disposition de leurs clients ces box anti-gaspi.

GNI-Synhorcat

De son côté l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) rappelle que :

La réglementation n’impose aucune obligation sur le doggy bag. Cette solution est cependant recommandée par l’UMIH comme un des moyens de lutter contre le gaspillage alimentaire. C’est la raison pour laquelle, l’UMIH a développé un partenariat depuis un an avec la société TakeAway qui commercialise auprès des restaurateurs des doggy bags et des wine bags.

Pour toute information complémentaire sur les moyens de lutter contre le gaspillage alimentaire dans les restaurants, vous pouvez consulter le guide de l’UMIH : « lutter contre le gaspillage –Bonnes pratiques de Chefs »

Au delà de la [non]-législation, le gaspillage alimentaire est un réel enjeu environnemental. Les clients en sont de plus en plus conscients, informés et avenants. Néanmoins, le poids culturel et historique ne facilite pas la démarche.

Et si vous proposiez le « doggy bag » ?

Soit, appelons-le autrement si nécéssaire, mais l'impulsion pourrait venir du restaurateur, qui constatant une assiette non terminée ou un menu ayant mal à être terminé, peut proposer aux clients d'emporter les restes (plats, bouteilles, etc.)

En ce sens, la société TakeAway innove en sortant deux produits dédiés : "La Box" à 0,50€ HT et "Le Bag" à 0,62€ HT. L'un permettra d'emporter les plats et l'autre sera dédié aux bouteilles non terminées. La société TakeAway propose aussi des emballages personnalisables, une bonne manière de se rappeler à la mémoire de vos clients une fois rentrés chez eux. Enfin, il est possible pour des annonceurs de financer des Box ou des Bag personnalisables. Pensée ergonomique et design, l'emballage Box est prévu pour être recyclable, passer au micro-ondes et au four traditionnel à 150°, étanche, d'une capacité d'un litre. Côté Bag, pour les bouteilles, la boite est toujours recyclable, avec une poignée 100% coton, se fait elle aussi discrète, pratique et attrayante.

Trop Bon pour Gaspiller
Trop bon pour Gaspiller

De son côté, la société L'Emballage Vert propose elle aussi son emballage «Trop Bon Pour Gaspiller écologique et compostable, pratique et rapide a fermer, micro-ondable, passant au four à 180°, étanche, anti-humidité, perméable à la vapeur et résistante aux matières grasses. La boîte est elle aussi personnalisable, à 0,60€ HT l'unité.

En dehors de l'aspect purement écologique, proposer une solution à emporter a plusieurs avantages :

  • le coût de tri et de traitement des bios-déchets est important, surtout devenu obligatoire pour les gros établissements ce 1er janvier, autant le minimiser
  • un vrai service à valeur ajoutée pour le client
  • valorise la marque du restaurant en montrant son implication écologique
  • certains restaurants constatent une augmentation des ventes de vins et desserts: les clients sont plus disposés à prendre un dessert ou une bouteille là où ils n'étaient pas sûrs de le faire auparavant (peur de caler, de ne pas finir)
  • permet au restaurant de prolonger sa visibilité chez le client (comme les sacs de marques de mode par exemple, ou les sacs AlloResto)

Alors, qu'attendez-vous pour emballer vos clients ?