Le congrès du snacking

PUBLIÉ
|  COMMENTAIRES
cover.jpg

Le 2 juin, s’est tenue la 7e édition du congrès de Snacking, à Paris. 250 personnes étaient présentes à cet évènement qui se place plus que jamais comme un évènement majeur du secteur de la Consommation Alimentaire hors domicile.

Tout au long de la journée, de nombreuses thématiques ont été abordées, en commençant par les présentations de 3 grands cabinets d’études, Food Service Vision, CHD Expert, et NPD Group, nous présentant en exclusivité les derniers chiffres et tendances du marché.

Low cost versus fast casual

S’il y a une information à retenir c’est avant tout la progression des chiffres de la restauration rapide, au sein d’un marché troublé notamment par le contexte sécuritaire actuel. La restauration rapide représente désormais près de 65% des visites de la restauration commerciale pour 45% des dépenses estimées à 16,4 md€ (+1,2%) d’après les études NPD Group. Une information confirmée par Food Service Vision qui annonce que 9 « snackeurs » sur 10 sont demandeurs d’une restauration sur le pouce à moins de 5€ !1

Chiffres de la restauration rapide en France 2016
Restauration rapide en France

Sur ce segment, ce sont les GMS qui surfent sur la vague du snacking, avec des mètres linéaires consacrés à ces produits qui ne cessent de croître, comme a pu en témoigner Stéphane Sinopoli, Adhérent à la tête de l Intermarché de Clichy-La-Garenne.

Néanmoins, les comportements de consommation semblent chargés de paradoxes, puisque les échanges autour de la tendance fast casual ont également été nombreux ! La restauration rapide se transforme face à un consommateur à la recherche de qualité, tant en termes de produits que de service. Ce segment, fast casual, affiche une croissance de 50% depuis 2012 selon CHD Expert. Le cabinet spécialiste a ainsi répertorié plus de 90 enseignes chaînées en France sur le créneau pour près de 1500 points de vente dans l’Hexagone.

Ces petites chaînes bouleversent les codes des chaînes établies

a ainsi indiqué Nicolas Nouchi, le directeur général de CHD Exp pert.

On retiendra finalement 5 grands facteurs de dynamisation sur le marché de la restauration rapide :

  • La montée en gamme de l’offre
  • Le développement de l’offre petit déjeuner
  • La diversification des goûts et des formats de restauration rapide
  • La croissance de la livraison et la multiplication des acteurs opérateurs sur ce service
  • L’utilisation du digital
autre facteurs dynamisant la restauration rapide aujourdhui
Autres facteurs dynamisant la restauration rapide aujourd’hui

Le digital au coeur des réflexions

Les résultats de l’étude du cabinet Simon Kucher & Partners indiquent que 95% des distributeurs et restaurateurs français considèrent que le digital va transformer leur activité. Mais la défiance reste de mise car ils ne sont que 59% à y voir une réelle opportunité (contre 73% en moyenne sur l’ensemble des secteurs d’activité étudiés).

Résultats sondage digital comme opportunité restauration rapide
Résultats du sondage « voyez-vous le digital comme une opportunité »

Les chiffres sur les opportunités permises par les outils digitaux sont pourtant éloquents !

  • 1 Français sur 2 a eu recours à la livraison au moins une fois ces 6 derniers mois et la moitié des commandes en restauration rapide ont été faites depuis un site internet ou une application mobile !
  • 67% des Français sont favorables au click & collect pour la restauration !

De nombreux autres sujets ont été abordés à propos de l’impact de la digitalisation dans la restauration. Comment les nouveaux outils peuvent-ils permettre aux restaurateurs de mieux gérer les process et les approvisionnements ? Mais surtout comment utiliser au mieux les datas collectées par l’ensemble de ces outils. L’accent est également mis sur la fidélisation client qui apparait désormais comme un enjeu majeur de la restauration de demain grâce à l’analyse des datas.

L’état des lieux présenté lors de ce congrès sur l’utilisation du digital par les restaurateurs est révélateur d’une transformation numérique plus subie que voulue. On notera parmi les différents constats, un manque d’optimisation des sites internet en termes de contenus et une absence de réelle stratégie digitale globale pour une grande majorité des acteurs, et pourtant les axes de développement sont bien là !

Finalement, le cycle de conférences sur la digitalisation se termine sur cette conclusion forte : « la révolution digitale est installée, ne rien faire et refuser le progrès c est mourir ! »

1 Résultats de l’étude Paroles de Snackeurs 2016